Rapport parlementaire sur le nucléaire : "On ne transige pas avec la sûreté"

Le rapport d'enquête parlementaire révèle une série de points faibles et de problèmes dans le fonctionnement de notre parc nucléaire. Ce rapport confirme ce que les organisations syndicales et les parlementaires communistes expriment de longue date, notamment en matière de recours massif à la sous-traitance pour assurer la maintenance des réacteurs (Cf. cahier d'acteur lors du débat public national sur la programmation pluriannuelle de l'énergie https://ppe.debatpublic.fr/node/4539)

 

En autorisant le bradage de secteurs industriels et énergétiques, l’État français abandonne des leviers stratégiques pour l'indépendance de notre pays. Cette situation ne peut perdurer au risque de provoquer un affaiblissement de la sécurité.

L’autorité (ASN) qui pilote et organise le contrôle externe, avec l’appui technique de l’IRSN, doit avoir les moyens en personnel, en compétence et en indépendance d'esprit afin de juger des contrôles à opérer, des corrections à apporter et des justifications de poursuite ou d'arrêt du fonctionnement des installations nucléaires. La sûreté des centrales nucléaires requiert une grande vigilance des autorités politiques, avec un contrôle citoyen actif rendu possible par une véritable transparence sur les conditions d'exploitation du nucléaire.

Forte de son expérience en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection, la France a un rôle moteur à jouer dans l’élévation du niveau international de la sûreté nucléaire, en exigeant notamment l’instauration de normes internationales de sûreté obligatoires et l’outil international nécessaire pour les faire respecter.

 

Enfin et surtout l'énergie est un bien commun qui doit être préservé des appétits financiers du marché, des intérêts privés et des logiques de concurrence. L'énergie doit être 100 % publique.

On ne transige pas avec la sûreté du nucléaire.

Les réglementations doivent être respectées et améliorées, de nouveaux pouvoirs et droits doivent être accordés aux salariés. Dans cet objectif, la garantie d’un statut de haut niveau pour tous les salarié-es est également une nécessité.

Le PCF propose de créer un statut de l’énergéticien, élargissant le statut des industries électriques et gazières et englobant tous les personnels du secteur.

#nouvelle république #finance & argent #emploi & développement #égalité femme & homme #produire autrement #une france protectrice #europe & international #initiative #la campagne #désintox #vidéos #dans les médias