Marée verte sur l’Argentine pour le droit à l’avortement

Après une vingtaine d’heures de débat, les député-es argentin-es ont adopté hier un projet de loi légalisant l’avortement durant les quatorze premières semaines de grossesse. La majorité a été courte : 129 « pour » et 125 « contre ». Le texte doit encore être adopté par le Sénat en septembre pour obtenir une légalisation de l’interruption volontaire de grossesse, qui n’est aujourd’hui possible qu’en cas de danger pour la femme enceinte ou de viol.

Les progressistes ont dû faire face à une campagne agressive contre l’avortement de la part de la droite, des conservateurs et des évêques. Les associations féministes ont quant à elle réussi à mobiliser le peuple argentin, organisant des rassemblements qui ont réuni des milliers de personnes portant des foulards verts proclamant « Éducation sexuelle pour décider, contraceptifs pour ne pas avorter, avortement légal pour ne pas mourir ».

L’Argentine pourrait devenir le 4e pays d’Amérique Latine légalisant l’IVG, après Cuba (1965), Guyana et l’Uruguay (2012), alors que plus de 2 millions d’avortements illégaux ont lieu chaque année sur le continent, mettant en danger les vies de ces femmes et leur faisant encourir des peines de prison allant jusqu’à 30 ans au Salvador.

 

Le PCF salue cette avancée historique. Après l’Irlande le mois dernier et l’Argentine aujourd’hui, ces conquêtes majeures doivent servir d’appui pour les droits reproductifs et sexuels des femmes partout dans le monde. En France, à l’heure de la révision constitutionnelle, nous continuons à exiger la constitutionnalisation de ce droit.

 

Laurence Cohen et Hélène Bidard, responsables nationales au féminisme et aux droits des femmes au PCF,

#nouvelle république #finance & argent #emploi & développement #égalité femme & homme #produire autrement #une france protectrice #europe & international #initiative #la campagne #désintox #vidéos #dans les médias