Eradiquer les violences sexuelles et sexistes : Un enjeu d’émancipation humaine

Le mouvement de libération de la parole des femmes, initié par #BalanceTonPorc et #MeToo, a permis d’éclairer les violences que subissent les femmes quotidiennement. Le Parti Communiste Français apporte tout son soutien à ces femmes qui refusent de continuer à vivre des violences dans leur famille, leur travail ou dans les espaces publics. Ces violences ne sont pas des actes individuels, isolés, elles font partie d’un continuum qui maintient les femmes dans un statut d’infériorité. Elles touchent tous les milieux sociaux, sont intergénérationnelles et ont lieu un peu partout dans le monde. Elles plongent leurs racines dans deux systèmes d’aliénation qui se nourrissent mutuellement sans jamais se confondre et que nous combattons : le capitalisme et le patriarcat.


Eradiquer les violences de genre, c’est ouvrir la voie vers une égalité entre les femmes et les hommes dont la société entière a besoin : égalité professionnelle et salariale, droits sexuels et reproductifs, partage du travail domestique. Comment penser bâtir une société d'émancipation humaine sans débarrasser la société des violences faites aux femmes ?
Les mobilisations féministes sont en train de prendre une ampleur internationale. Partout, les femmes manifestent, revendiquent de nouvelles libertés : en Pologne pour le droit à l’avortement, aux Etats-Unis contre les projets réactionnaires et de D. Trump, au Rojava pour la liberté…


En France également, les femmes luttent pour leurs droits : les femmes de chambre de l’hôtel Holiday Inn s’organisent collectivement pour demander des conditions de travail décentes, les salariées du salon de coiffure du 57 boulevard de Strasbourg ont gagné leur procès reconnaissant qu’elles étaient victimes de «d’êtres humains», des milliers de Français.e.s signent des pétitions pour demander la fin des requalifications des viols en agressions sexuelles, et des viols sur mineur.e.s en atteintes sexuelles…


Face aux mobilisations populaires, le président E. Macron avait affirmé faire de l’égalité femmes-hommes une «é» de son quinquennat, et le gouvernement a réitéré cette promesse le 25 novembre dernier. Malgré les belles paroles, les actes ne sont pas au rendez-vous : les associations féministes, débordées, ne voient pas leurs subventions augmenter, tout au contraire. Pour mettre en place une politique ambitieuse d'égalité femmes-hommes, il ne faut pas seulement des lois mais aussi les moyens de leur application : nous demandons un investissement de 5 milliards d’euros ainsi que la création d’un ministère à l’égalité femmes-hommes de plein exercice !
Pour obtenir ces nouvelles conquêtes féministes, amplifions notre mobilisation : soyons nombreuses et nombreux le 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, dans la rue !

Rejoignez la grande mobilisation du 8 mars partout dans le monde

Partagez vos actions dans