L'austérité n'est pas une fatalité

Une France à l’offensive pour une Europe de progrès

Le traité de Rome a 60 ans, celui de Maastricht 25. Lourd bilan de cette Union européenne construite pour les marchés : le chômage a explosé, l’investissement est en berne, les Français et tous les européens souffrent de l’austérité pendant que la Banque centrale européenne déverse chaque mois 80 milliards d’Euros pour la finance. Après les renoncements du quinquennat de François Hollande, les élections de 2017 doivent nous permettre de dire stop à cette Europe, et de proposer une Union de peuples souverains et solidaires. 

Fillon, Macron : encore 5 ans d’austérité !

En bons élèves des traités et d’Angela Merkel, l’Europe qu’ils veulent, c’est celle de l’austérité et des inégalités, une Europe du marché, du libre échange, des privatisations à tout va. C’est l’Europe du Traité Transtlantique et du Ceta qu’ils continuent de défendre alors que personne n’en veut. C’est l’Europe antidémocratique qui punit les travailleurs et les peuples qui veulent le changement. 

Front national : Troquer l’austérité de Bruxelles contre celle de Paris, non merci ! 

Surfant sur la légitime colère populaire à l’égard de l’Union européenne, le projet de Marine Le Pen vise à l’éclatement sur des bases nationalistes et xénophobes. Elle veut faire comme au Royaume Uni ? Mais le résultat pour les britanniques c’est l’abaissement des droits des travailleurs et la concurrence fiscale ! Ce repli sur soi ne peut conduire qu’à aiguiser la concurrence et les conflits entre les nations, sans toucher bien sûr aux intérêts des grandes fortunes et de la finance. 

La France doit se battre pour une Europe de progrès 

Nous ne voulons ni de ce repli haineux, ni laisser les clés de l’Europe aux banques et aux marchés. Nous voulons une union de peuples et de nations libres, souverains et associés, au service du développement social et écologique. La France a les moyens de peser, de construire des alliances et des batailles politiques pour la réorienter. C’est possible, à condition que la gauche française et la société se rassemblent et forgent une majorité politique de combat, un pacte d’engagements clairs au service du progrès social, de la solidarité et de la démocratie en Europe. 

En portant notre projet « La France en commun », les communistes appellent à voter Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle et soutiennent partout en France des candidat-e-s aux élections législatives. 

 

La France en commun, l’Europe en commun 

La France est un grand pays qui ne peut continuer à renoncer face aux marchés et laisser l’extrême droite grandir en Europe. Les communistes ont construit un programme de combat pour un gouvernement de gauche sur la scène européenne. Nous voulons que notre pays prenne des initiatives et construise des résistances pour rompre avec l’austérité.

Investir dans le développement commun

  • Une conférence européenne pour la restructuration des dettes des États. 
  • Abrogation du traité budgétaire et mise en cause du pacte de stabilité.
  • Création d’un Fonds européen de développement solidaire et écologique, abondé par la Banque centrale européenne, chargé de financer un plan d’investissement dans les services publics. 
  • « Cop fiscale » visant à lutter contre l’évasion et la fraude fiscales.

L’humain au cœur des politiques européennes 

  • Organisation d’un sommet social européen visant la construction d’une méthode de convergence progressive des salaires, temps et conditions de travail vers le haut. 
  • Préserver de la concurrence les besoins humains élémentaires (ex : santé, logement, transports). 
  • Mise en place de nouveaux programmes d’échanges culturels pour les jeunes.
  • Refonte de la Politique Agricole Commune (PAC) avec la garantie de prix rémunérateurs et d’une nourriture de qualité, saine et variée, accessible à un juste prix.

Une Europe de peuples et de Nations, libres, souverains et associés 

  • La France s’élèvera contre les tentatives de passage en force et de chantage comme cela s’est produit avec le Traité de Lisbonne ou le coup d’État financier contre la Grèce.
  • Lancement d’une consultation nationale inédite en vue de la rédaction d’un nouveau traité soumis par referendum aux Français.
  • Vote au Parlement d’un mandat de l’exécutif pour chaque sommet européen. 
  • Plan de lutte contre la collusion entre les institutions européennes et les milieux financiers, encadrant strictement les lobbies.

L’Europe, moteur du changement mondial 

  • Abandon des négociations TAFTA et TISA, non ratification du CETA en France.
  • Mise en œuvre e ective des Accords sur le climat.
  • Respect des engagements pour les « relocalisations » des réfugiés et plan européen d’accueil digne, humain et e cace en rupture avec l’Europe forteresse. 
  • Tenue d’une conférence européenne pour la paix et le désarmement.
#nouvelle république #finance & argent #emploi & développement #égalité femme & homme #produire autrement #une france protectrice #europe & international #initiative #la campagne #désintox #vidéos #dans les médias