Marine Le Pen a-t-elle rompu avec le passé d’extrême droite fasciste du FN ?

À y regarder de plus près on s’aperçoit que ce n’est pas si simple que cela. Le FN a créé en 2015 au Parlement européen le groupe  « Europe des Nations et des libertés » avec des députés de l’extrême droite européenne. Marine Le Pen en assure la coprésidence avec le chef du Parti pour la liberté, parti néerlandais qui revendique son nationalisme et son islamophobie. Est aussi membre de ce groupe le parti belge (Vlams Belang) qui revendique l’éclatement de la Belgique, ainsi qu’un député de l’AfD allemand qui qualifie de « honte » le mémorial de l’holocauste à Berlin. Tous ont en commun leur racisme décomplexé. Ces relations sulfureuses font partie de l’ADN du Front national d’hier et d’aujourd’hui.

Tout changer pour ne rien changer pourrait être le mot d’ordre du FN de Marine Le Pen, digne fille de son père.

#nouvelle république #finance & argent #emploi & développement #égalité femme & homme #produire autrement #une france protectrice #europe & international #initiative #la campagne #désintox #vidéos #dans les médias